Logo Gradske biblioteke

La soirée de Vladan Matijevic à Paris

La bibliothèque de la ville de Cacak terminé son séjour réussi en France avec la projection du film sur Vladislav Petkovic Dis realize par Purisa Djordjevic et la soirée littéraire consacrée à Vladan Matijevic au Centre culturel serbe à Paris. L’exposition « C’est cette vie où je suis tombé » consacrée au Dis, dont l’auteur est Olivera Nedeljkovic a été ouverte le 16 mars et fermé sur le 2 avril. A cette occasion, deux célèbres écrivains serbes ont été présentés au public parisien: Vladislav Petkovic Dis (1880-1917) qui symbolise la poésie du siècle dernier et l’écrivain contemporain Vladan Matijevic qui est le lauréat d’importants prix littéraires dans son pays. La soirée de Vladan Matijevic a attiré l’attention du public française et du people serbe qui vivent et travaillent en France. L’importance de l’événement qui a été financé par le ministère serbe de la culture et la ville de Cacak, confirme la présence de l’ambassadeur serbe Dusan Batakovic, qui a inauguré l’exposition et a remercié Matijevic pour sa contribution à la culture serbe et européenne.

Le film documentaire a été réalisé en 1980 par scénario de Cvetko Petkovic qui était le cousin de Dis. Les premiers cadres du film ont été réalisés dans Zablace, où le poète est né, puis à Belgrade et en Albanie où il est allé avec les soldats serbes au cours de la Première Guerre mondiale, et éventuellement dans la colonie Les Petites Dalles, avant sa mort en la mer Ionienne. Djordjevic a raconté la triste histoire sur le destin tragique du poète serbe en utilisant la vidéo, la musique, et les gens qui ont eu la chance de le rencontrer. L’histoire incite admiration et une fois encore fait la lumière sur l’amitié entre les peoples français et serbe qui a commencé il ya longtemps.

La prose de Vladan Matijevic n’est pas inconnue du public français. Les romans de Matijevic « Les heures de joie » et « Hors de contrôle » ont été traduits par Gojko Lukic et il ya deux ans ils ont été publiés à Paris par la maison d’édition Les Allusifs qui imprime les livres à la fois pour le marché français et canadiens. »…Le fait est que je ne suis pas sociable, mais taciturne, timide, asocial. J’habite une petite ville de province. J’écris au stylo et ce n’est qu’une fois le texte achevé que je le tape sur ordinateur. Je n’ai pas de télé, j’écoute rarement les nouvelles à la radio et lis rarement les journaux. Je lis beaucoup… Après avoir écrit deux de mes romans, « Hors de contrôle »et« Le poète de loin », pour lequel j’ai été récompensé par le prix de NIN,  des critiques ont suggéré que je devrais commencer à écrire des romans qui ont été plus faciles à lire. J’ai écrit « Les heures de joie » et personne ne s’en aperçut. Il semble que tout le monde a eu peur de les aventures du personnage principal Maca Accentievich alors j’ai commencé à écrire des romans difficiles à nouveau. Mon dernier roman «Juste un peu de lumière » a obtenu deux prix cette année et les critiques admirent mon écriture à nouveau „,  Vladan Matijevic a declare à l’auditoire réuni au Centre culturel serbe à Paris le 2 avril. Danica Otasevic, la directrice de la bibliothèque de la ville de Cacak, a parlé de son développement. A cette occasion, l’histoire «De la tristesse d’une vierge pour le Minotaure « , écrit par Vladan Matijevic, a été lu et extraits du livre „Les heures de joie“ ont été lus par l’auteur et l’intendant Irena Bilic.

La bibliothèque de la ville „Vladislav Petkovic Dis“ a organisé la soirée de Vladan Matijevic à Paris dans la 48 e cérémonie consacrée à Dis et l’introduction du nouveau livre de Vladan Matijevic aura lieu à Cacak, à la fin du mois d’avril. La ville de Cacak a remercié Vladan Matijevic pour son travail par le financement de son voyage en France.

Ces deux, Dis et Matijevic, chacun à sa manière, ont laissé leur marque sur les visiteurs du centre culturel serbe à Paris. Le livre « La colonie serbe dans Les Petites Dalles » et le catalogue « En dehors de tout mal » qui ont été édités par Danica Otasevic et de l’exposition, ont ouvert la voie à de nouvelles possibilités pour la bibliothèque de la ville et nous nous attendons à des romans plus de Matijevic à être traduit en français.

*********************************************

Владан Матијевић

О ЖАЛУ ДЕВИЦА ЗА МИНОТАУРОМ

Гледајући књигу коју сам написао, а коју не умем да читам, и бринући да ли сам француским читаоцима пружио задовољства онолико колико они мени пружају, мислим да је од велике важности да будем искрен, јер моја искреност може компензовати део дуга њима.

Свакога лета десетак дана проведем на мору, у Грчкој, земљи у којој је некада давно, прича каже, живео Дедал, грчки занатлија и уметник, који је на заповест критског краља Миноја саградио лавиринт за Минотаура. И то су сва моја лутање. За нека додатна путовања не налазим разлоге, нити осећам потребу. Остале дане у години проводим у кући, трудим се да ме и у дворишту што ређе виђају. Ако се понекад преварим и са познаницима одем до кафане, дуго после такву грешку не чиним. Отприлике, сваке девете године у кућу примам госте.

Али, са великим задовољством сам дошао у Француску. Нисам дошао у њу због Ајфелове куле, кулу сам видео на многим фотографијама, дошао сам да миришем земљу по којој су ходали Мопасан, Жид, Ками… Француска је имала толико очаравајућих писаца да се може саставити дуга мантра од њихових имена, а ја помињем ову тројицу, који су међу собом много различити, али који мени својим поетикама најбоље дочаравају дух француске прозе.

И шта још рећи? Друга прилика ми се можда неће указати, ову морам искористити. Морам на своју малу лађу разапети бело једро и приказати је у најбољем светлу.

Писци великих цивилизација, на бесмртним језицима, у време кад су људи били велики, исписаше велике приче. У времену кад се наша планета смањила до те мере да се може обићи брже него што се некад могао обићи посед неког осредње богатог властелина, читаоци се морају задовољити писцима који пишу мале приче.

Улога данашњег писца, био он припадник велике културе попут француске, или мање, попут културе којој ја припадам, јесте да опише детаље који су промакли великим писцима у великим причама, да опише ситне кретње које су проузроковале или могле проузроковати велике пометње, или пак да прикаже догађаје из неке чудне тачке у коју велики писци не би нипошто крочили. Али, то није разлог за жалопојку, јер и од таквих прича читаоцу може застати дах, и њихове мале бакље могу осветлити суштину и смисао живота, и њихове лађе могу читаоцу допремити помоћ, наду, веру, могу му улити снагу потребну за борбу, могу пробудити његову радозналост, чежњу.

Данашњи писац нипошто не сме превидети да и у овом времену дела уметника морају у себи имати бар зрнце примесе божанског, као што су имала дела Дедала, чије кипове су привезивали ланцима како не би побегли, и она морају бити уверљива као Дедалова бронзана крава у коју се сакрила уклета критска краљица Пасифеја, како би заварала Посејдоновог бика и задовољила своју неукротиву страст према њему. Из те необичне љубави, сви знамо, рођено је бикоглаво чудовиште Минотаур, врло важно за ово моје обраћање.

Данашњи задатак писца јесте да прикаже једноличну свакодневицу прокаженог Минотаура. Да објасни зашто он није излазио из свог лавиринта, да одговори на питање да ли је он сваке девете године са одушевљењем дочекивао седам атинских девица и седам младића које су му приносили на жртву. Да ли је он њих желео, да ли их је тражио од краља Миноја, или је беснео што му ремете мир? Да ли је патио што ће они видети његову наказност? Да ли му се неки младић свидео, да ли се у неку девицу заљубио?

И не само то.

Писац из овог времена треба да опише осећања драге и рекао бих врло сексипилне критске принцезе Аријадне на пустом острву Дију, кад ју је Тезеј препустио богу Дионису. Да ли се горко кајала што је на тајном састанку лепом јунаку признала љубав и дала му клупко канапа и моћни мач, да ли се кајала што се отргла од очеве љубави, што је одбацила његову заштиту саветујући свога изабраника да избуши дна критским лађама?

И, било би добро напокон рећи шта се догодило са кормиларем Тезејеве лађе који је бринући туђе бриге заборавио да изврши Егејеву заповед па уместо да разапне бело једро у луку упловио са црним. Знамо да је због тога Егеј скочио у амбис и тим својим скоком крстио једно море, али не знамо како је завршио несрећни кормилар, као што ја нисам начисто да ли овим текстом себе приказујем у добром светлу.

Истина је да великих прича више нема, нема ни Тезеја ни Минотаура, али, толико тога је остало што данашњи писац може да пружи, и, по ко зна који пут тврдим, он нема разлога за незадовољство. И данас може да искаже свој таленат, своју посебност, може да покаже снагу своје имагинације, ако је поседује. Тако мислим док се трудим да што верније опишем вековима прећуткивану патњу девица, да опишем њихове у гневу састављене обрве док куну Аријадну, да дочарам њихов неутешни плач за Минотауром из чијег беживотног тела вири Тезејев мач.

**************************************

Du chagrin des jeunes vierges pour le défunt Minotaure

En feuilletant le livre que j’ai écrit, mais que je ne peux cependant pas lire, je m’inquiète de savoir si le plaisir de mes lecteurs français est comparable à celui qu’ils me procurent en me lisant, et je trouve crucial d’être sincère parce que ma sincérité peut compenser une partie de la dette que j’ai envers eux.

Chaque été, je passe dix jours au bord de la mer, en Grèce, pays où, il y a longtemps, dit l’histoire, a vécu Dédale, l’artisan et artiste grec, qui construisit le labyrinthe du Minotaure selon l’ordre reçu du roi de Crète. Toutes mes errances y sont. Je ne cherche pas de motivation pour voyager ailleurs, et je n’en ressens même pas le besoin. Les autres jours de l’année, je les passe chez moi, en essayant d’être vu le plus rarement possible, même dans mon propre jardin. Si je me trompe parfois, et me retrouve avec mes amis dans une taverne, je m’empresse de ne pas commettre la même erreur avant longtemps. Et si on en faisait le calcul, le résultat montrerait que je reçois des visites chez moi une fois tous les neufs ans.

Mais c’est avec grand plaisir que je suis venu en France. Je n’y suis pas venu pour la Tour Eiffel – je l’ai vue sur de nombreuses photographies. J’y suis venu pour humer la terre sur laquelle Maupassant, Gide et Camus ont marché… La France dispose d’un si grand nombre d’écrivains admirables qu’on pourrait déclamer un long mantra composé de leurs noms, et si je mentionne ici seulement ces trois auteurs – qui sont très différents les uns des autres – c’est parce qu’ils illustrent le mieux, à mon avis, l’esprit de la prose française.

Que dire d’autre? Peut-être n’aurais-je pas d’autre occasion, je dois profiter de celle-ci. Je dois déployer la voile blanche de mon petit navire, et le montrer sous sa plus belle lumière.

Aux temps où les gens étaient grands, les écrivains des grandes civilisations écrivirent, dans des langues immortelles, de grands récits. Depuis que notre planète a rétréci au point où l’on peut en faire le tour plus rapidement qu’on n’a jamais pu faire le tour d’une riche propriété, les lecteurs doivent se contenter d’écrivains écrivant de petites histoires.

Le rôle de l’écrivain contemporain – qu’il soit issu d’une grande culture telle que celle de la France, ou d’une plus petite, telle que la mienne – est de décrire les détails qui ont échappé aux grands écrivains dans leurs récits glorieux, de décrire les petits mouvements qui ont provoqué, ou ont pu provoquer, de grands retournements, ou bien encore de montrer les événements sous un angle décalé que les grands écrivains n’emploieraient jamais. Mais cela n’est pas une raison pour se lamenter, parce que ces récits peuvent aussi couper le souffle, et leurs petites torches peuvent également éclairer la vérité et la signification de la vie ; leurs navires peuvent apporter au lecteur de l’aide, de l’espoir, de la foi, peuvent lui donner la force nécessaire au combat, peuvent réveiller sa curiosité et sa langueur.

L’écrivain contemporain ne peut, en aucun cas, oublier qu’à notre époque, les oeuvres d’art doivent comporter en leur sein au moins une particule de divin – telles les œuvres de Dédale, dont les statues devaient être enchaînées afin qu’elles ne s’éclipsent, et convaincantes telle sa vache de bronze où s’était cachée Pasiphaé, la reine damnée de Crête, pour tromper le taureau de Poséidon et assouvir son indomptable passion pour lui. De cet amour étrange, nous le savons tous, naquit le monstre à la tête de taureau, Minotaure, qui est très important pour mon discours.

La tache actuelle de l’écrivain est de décrire le quotidien monotone du dénigré  Minotaure. D’expliquer pourquoi il ne sortait pas de son labyrinthe, de donner une réponse à la question de savoir s’il accueillait avec enthousiasme – une fois tous les neuf ans – les sept jeunes garçons et les sept jeunes vierges d’Athènes qui lui étaient sacrifiés. Les désirait-il et les demandait-il au roi Minos, ou se fâchait-il parce qu’ils troublaient sa paix? Souffrait-il à l’idée qu’ils verraient sa difformité ? Aurait-il eut de la sympathie pour un garçon, serait-il tombé amoureux d’une jeune vierge ?

Et pas seulement cela.

L’écrivain d’aujourd’hui doit décrire les émotions de la très chère, et je dirais même très sexy, princesse de Crête, Ariane, réfugiée sur l’île déserte de Dia quand Thésée l’a cédée au dieu Dionysos. Eut-elle des remords parce qu’elle avoua, lors de leur rendez-vous secret, son amour au bel héros en lui confiant une pelote de fil et une épée puissante ; regretta-t-elle de s’être enfuie de l’amour de son père, d’avoir rejeté sa protection et d’avoir conseillé à l’élu de son coeur de trouer le fond des navires crétois?

Il serait bien de dire, finalement, ce qui est arrivé au timonier du navire de Thésée qui, préoccupé par les soucis d’autrui, en oublia de suivre l’ordre d’Egée – au lieu de monter la voile blanche, il monta la noire. Nous savons que cela fut la raison pour laquelle Egée sauta dans l’abysse – et c’est ainsi qu’une mer fut baptisée – mais nous ne savons pas ce qui est arrivé au pauvre timonier, comme moi je ne sais pas si je me montre sous une bonne lumière avec ce texte…

Il est vrai que les grands récits n’existent plus, il n’y a plus de Thésée et de Minotaure, mais il reste encore bien des choses que l’écrivain d’aujourd’hui peut offrir, et je confirme qu’il n’a pas de raison d’être mécontent. Aujourd’hui encore, il peut exprimer son talent et sa singularité, il peut montrer la force de son imagination s’il en est doté. Voilà ce que je pense, pendant que je m’efforce de décrire, le plus fidèlement possible, ce chagrin bien cachée des jeunes vierges, au moment où elles maudissent Ariane, leurs sourcils joints par la colère ; pendant que j’essaie de dépeindre leurs pleurs inconsolables pour Minotaure, à la vue de son corps percé par l’épée de Thésée.

Prevela na francuski Ivana Misirlić Bigard

Ознаке: , ,


Одговоре можете пратити кроз RSS 2.0 feed. Можете оставити одговор, или trackback са вашег сајта.

AddThis Social Bookmark Button

Један одговор to “La soirée de Vladan Matijevic à Paris”

  1. Било је право задовољство прочитати ову „малу“ причу. Она је доказ да и у нашим временима може постојати неко херојско доба. Честитке Владану Матијевићу.

Оставите коментар